Pratiquer l’équitation, oui, mais en toute sécurité ?

C’est la passion du cheval qui amène enfants et adultes à pratiquer l’équitation. Mais n’oublions pas que cheval et poney restent des animaux avec des réactions non prévisibles et qui nécessitent d’être toujours sur ses gardes pour éviter l’accident.

Souvenez-vous, combien de fois, vos parents ou votre enseignant d’équitation vous a répété « attention, on ne passe pas trop près derrière les fesses du poney ! ».

A travers cet article, je vous propose de revoir ensemble les règles de bases pour pratiquer l’équitation en toute sécurité à pied et à cheval.

✔ La sécurité à pied avant d’être à cheval !

La pratique de l’équitation passe par la gestion du cheval à pied. C’est-à-dire, qu’il faut savoir gérer son équidé au box, en licol, aux paddocks, … et il est important de respecter quelques consignes de sécurité pour éviter l’accident.

Lorsque vous allez chercher le shetland de votre fille dans la stabulation avec d’autres poneys, prenez garde à bien refermer la porte derrière vous, car même avec leur tête de gros nounours, ils sont futés pour pousser la porte et hop, toute la cavalerie est de sortie et c’est la panique dans le poney-club.


Tenir un poney ou cheval en longe ne s’improvise pas. Tout d’abord, le licol doit être ajusté et la longe doit être tenue sans faire de nœud dans la main. Car si votre cheval prend peur et qu’il tire d’un coup, vous avez de grande chance de vous brûler la main (au mieux) ou de perdre un doigt.

Si vous aimez promener votre fidèle monture en main, pour le faire brouter, pensez toujours à rester proche de sa tête et ne pas vous placer trop en arrière de lui, car un bruit inhabituel, votre cheval prend peur, une ruade et c’est le drame. Donc, on reste toujours proche de la tête même en longe. Et si on n’a un cheval un peu sur l’œil, on part en balade en main, équipé d’un filet (et non en licol). Vous aurez ainsi plus d’action si votre cheval est désobéissant et vous éviterez de vous faire balader.

On adore quand notre cheval préféré se « love » dans notre cou pour nous faire des bisous. Mais restons méfiants, que le câlin ne se transforme pas en un séjour aux urgences pour une oreille arrachée. Car Vulcain aura confondu votre oreille avec une friandise à la carotte. On n’abuse donc pas sur les friandises, les Likits, …, afin que le cheval comprenne que la récompense s’obtient lors d’un bon travail.

Au centre équestre, les enfants retrouvent leurs copains et copines, ils s’amusent, jouent, rigolent, … et parfois courent dans l’écurie en étant trop bruyants. Les chevaux aiment leur tranquillité, et certains peuvent vite s’agacer de cet énervement. Alors pour éviter la morsure quand on passe dans les allées, on rappelle aux enfants qu’on ne court pas et qu’on ne crie pas dans les écuries. S’ils ont un trop plein d’énergie, ils peuvent se défouler dans la carrière ou le manège lors d’une séance de pony-games.

Nous venons de revoir quelques consignes de sécurité de base à respecter quand on s’occupe de son cheval à pied, bien entendu, bien d’autres existent encore. Mais passons à la sécurité à cheval …

✔ A cheval, restons vigilants !

A cheval, il faut prévoir les réactions de sa monture, mais également prévoir ce que font les autres : il faut être vigilant !

Lorsque l’on monte dans une structure équestre, nous avons la chance d’être encadré par des enseignants diplômés. En tant que débutant, cela permet de se sentir en confiance et qu’on nous enseigne les bases de la sécurité.
Autrement dit, ne pas se coller dans les fesses du poney ou du cheval qui nous précède et laisser la place d’un cheval imaginaire entre deux chevaux. Ainsi on évitera un mauvais coup de sabot.

Le professionnel du cheval vous informera sur la main prioritaire lorsque l’on monte en carrière ou en manège. En effet, le cavalier à main gauche aura la priorité sur le cavalier à main droite pour occuper la piste.

Pour les cavaliers de loisir qui pratiquent les randonnées, la prudence est encore plus accrue, car l’environnement extérieur est facteur de stress et de peur chez les chevaux. Certains équidés peuvent avoir des réactions vives et le cavalier doit se tenir prêt à agir pour contrôler son cheval. Le cavalier randonneur doit faire preuve de vigilance envers les automobilistes qui, trop souvent, n’ajustent pas leur vitesse lorsqu’ils croisent un cheval. Ils ont tendance à oublier que ce sont des animaux et que leurs réactions peuvent être démesurées. Le mot d’ordre lorsque l’on pratique l’équitation en pleine nature est l’anticipation !

✔ L’équipement du cavalier pour monter en sécurité

Monter pieds nus, cheveux au vent est une utopie que l’on voit dans les films. La pratique de l’équitation demande un minimum d’équipements pour être protégé en cas de chocs et de chute.

Pour commencer, il vous faut une bombe ou un casque répondant à la norme de sécurité européenne : CE VG1 01.040 2014-12. Seule cette norme vous assure un degré de protection optimale pour la pratique de l’équitation.
Le casque doit être adapté à votre forme de tête et ajusté. En tant que professionnel, nous voyons de trop nombreux cavaliers avec des bombes non adaptées. Pour l’achat du casque, nous vous conseillons sincèrement de vous rapprocher d’un professionnel pour vous conseiller au mieux.
A savoir également, que ce n’est pas le prix du casque qui vous assurera la meilleure protection, car tous les casques d’équitation répondent à la même norme, mais c’est l’ajustement parfait à votre tête qui vous assurera la meilleure protection. Sachez également qu’en cas de grosse chute, le casque doit être changé même si aucune fissure n’est visible à l’œil et un casque a une durée de vie de 5 ans. Passé ce délai, pour monter à cheval en toute sécurité, pensez à changer de bombe.

Après la protection de la tête, équipez-vous d’un pantalon ou d’une legging d’équitation qui vous évitera les frottements et les brûlures. Car oui, montez en jean est un supplice et revient à une épilation gratuite ! Pas besoin d’un pantalon haut de gamme, seulement un pantalon dans un tissu stretch pour être libre de vos mouvements.

Se protéger les pieds avec des boots ou des bottes possédant un petit talon. Ainsi, vous aurez les orteils à l’abri si un cheval vous monte sur le pied et ce sera (un peu) moins douloureux. Et pour éviter les brulures au niveau des mollets, équipez-vous de mini-chaps qui s’adapteront sur vos boots.

Equipé d’un casque, d’un pantalon d’équitation et de boots ou bottes, vous avez l’équipement de base pour monter à cheval en sécurité.
Toutefois, si vous souhaitez vous protéger davantage, nous vous conseillons de protéger votre dos. Il existe des dorsales, également appelées gilet de protection qui vous permettront en cas de chute de protéger votre colonne vertébrale. Nous conseillons aux parents d’équiper les enfants qui débutent de ce type de protection, car ils sont protégés et ils se sentent davantage en confiance. Cela rassure les parents et les enfants. Les gilets de protection s’enfilent comme une veste, elles sont souples et épousent le corps tout en protégeant. 
Pour les cavaliers plus confirmés, qui pratiquent l’équitation de façon assidu, en compétitions, … nous vous conseillons d’opter pour l’airbag. Sur le même principe que les airbags de moto, l’airbag d’équitation se déclenchent lorsque vous chutez. L’airbag se gonfle et vos organes vitaux sont protégés en quelques millièmes de secondes.
L’achat d’un airbag a un coût mais il assure au cavalier comme aux parents une sérénité à cheval en cas de chute.

Pour encore plus de sécurité, vous pouvez vous équiper d’étriers dit de « sécurité » de la marque Freejump ou Flex’on. Ces étriers sont conçus pour s’ouvrir en cas de chute afin que votre pied ne puisse rester coincé et que vous soyez trainé au sol derrière votre cheval. Un vrai plus en termes de sécurité !

Débutant ou confirmé, le risque zéro n’existe pas, mais la pratique de l’équitation nécessite de respecter des consignes, de s’équiper correctement et surtout de rester vigilants en toutes circonstances. N’hésitez pas à vous renseigner sur le site de la fédération française d’équitation (ffe) pour connaître les établissements équestres proches de chez vous, et ainsi vous former et vous perfectionner auprès de professionnels du cheval. Ils vous accueillent toute l’année dans leurs structures et pendant les vacances, ils proposent pour les enfants, des stages pour le passage des galops, et également des cours collectifs ou des cours particuliers. Alors en selle !

Commentaires (0)

Aucun commentaire pour l'instant
Product added to wishlist
Product added to compare.